Gilles Demailly et le Tram : collision garantie

Immobilisme ? Un mot bien trop gros pour Gilles Demailly, qui s’en offusque à chaque fois qu’il l’entend. Malheureusement pour lui, cela se produit souvent.

Prenons un peu de recul. Quelles choses extraordinaires la Municipalité a-t-elle réalisées depuis son accession à l’Hôtel de Ville ? Quels projets ont été mis en oeuvre qui n’aient été initiés par la précédente équipe ?

Des projets, Gilles Demailly nous en présente à chaque interview. La politique des transports, notamment, constitue son sujet de prédilection. Sans doute à raison, durant la campagne de mars 2008. Nous sommes en juin 2009. Quelles avancées ? « Gilles de Robien a choisi d’abandonner les transports en commun au profit de la voiture ». Soit. Quoi d’autre ? Amiens a acheté des bus ! Chouette !

Gilles Demailly veut faire rêver les Amiénois. Pour cela, quelques bus rutilants ne suffisent pas. Il nous resort donc un vieux serpent de mer : le Tram.

Le dernier numéro de Amiens Forum nous apprend qu’un kilomètre de tram coûte à la collectivité un minimum de 20 millions d’Euros. Quelques lignes plus loin, on nous explique qu’environ 20% de la population des villes qui s’en sont dotés l’utilise. Information importante : cela signifie que seuls 25 000 Amiénois l’utiliseraient. A condition toutefois que le tram soit accessible à tous : combien de lignes, combien de kilomètres de voies Amiens, dont la superficie correspond à celle de la ville de Lyon, devra-t-elle construire ? A condition également que l’on sacrifie le paysage urbain édifié par Gilles de Robien durant 20 ans : la construction de voies de tram suppose de long et difficiles travaux, ainsi qu’une redéfinition totale de nos espaces de vie en Centre-Ville et sur nos grands axes. Est-on prêt à assumer le prix exorbitant qu’un tel investissement suppose ? Est-on prêt à voir des commerces isolés par les travaux mettre la clé sous la porte – c’est bien de cela qu’il s’agit – et à subir un chantier long et pénible sur l’ensemble de la Métropole ? Est-on prêt à s’engager dans cette voie, sans que le résultat ne nous soit garanti ?

La Renommée

Rapport structuré : « Si [Marc Letourneur, DG des Transports Montpelliérains] a rappellé qu’il ne connaît pas Amiens, son éclairage a contrebalancé les conclusions jusqu’ici avancée, selon lesquelles la capitale picarde n’avait pas la configuration adaptée à un tramway » Amiens Forum n°3

0 commentaire à “Gilles Demailly et le Tram : collision garantie”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...