• Accueil
  • > Culture
  • > La place de la Gare, porte d’Amiens délaissée et victime expiatoire de la Municipalité


La place de la Gare, porte d’Amiens délaissée et victime expiatoire de la Municipalité

La place de la Gare, porte d’Amiens délaissée et victime expiatoire de la Municipalité dans Culture article-514-img_chapoAprès les manifestations de mécontentement des commerçants de l’axe Beauvais-Duméril-Jacobins, après les interrogations des restaurateurs du Quai Bélu, voilà que la Municipalité se fâche avec les commerçants de la place de la Gare. Dans le Courrier Picard de jeudi 3 décembre, ils dénoncent en effet l’absence d’animation et même de décorations sur la place Alphonse Fiquet en cette période de fêtes.

Si elle voulait dégoûter les Amiénois et les touristes de cette place, l’équipe de Gilles Demailly ne s’y prendrait pas autrement : elle n’est que rarement nettoyée, livrée à la délinquance, la fontaine ne fonctionne pas et voilà qu’elle est plongée dans le noir à l’approche de Noël… La majorité objectera bien entendu que l’endroit n’a pas été suffisamment pensé par l’équipe précédente et que ce n’est pas sa faute, après tout, si l’on a dépensé autant d’argent pour un tel résultat. Refrain habituel.

Ne doutons pas que si Gilles Demailly avait été aux affaires lors du mandat précédent, la place Alphonse Fiquet serait toujours celle qui était connue pour sa mauvaise organisation, ses embouteillages et sa laideur. L’initiative ne se situant pas de son côté, la majorité jette toutes ses forces dans la dénonciation des choix passés. Au risque de heurter, voire d’abandonner, une partie des Amiénois.

Jacques Goffinon, notre adjoint à la fête, tente de nous faire croire que si la place de la gare, point d’entrée dans notre ville, n’est pas illuminée, c’est parce que « jamais les commerçants ne sont venus [le] voir ». Les (très) nombreux commerçants du Boulevard Beauvillé, attenant, se seraient donc précipités à la mairie pour réclamer leurs guirlandes. Étonnant.

Comme toujours, notre adjoint avance également l’argument budgétaire : « Je ne peux pas faire dix fois plus avec un budget qui n’augmente pas ». Notons tout d’abord que la décoration de la place de la Gare ne devrait pas être considérée comme accessoire. Rappelons enfin que ce même Jacques Goffinon, tout sourire, se vantait la semaine dernière d’une augmentation (ou diminution, on ne sait plus très bien…) de 30 % du budget du Marché de Noël afin de remédier à son « essoufflement » et de faire « nettement plus » (ou moins, le sait-on cette fois ?)

La mauvaise foi n’excuse ni l’incohérence, ni l’approximation.

 

 

0 commentaire à “La place de la Gare, porte d’Amiens délaissée et victime expiatoire de la Municipalité”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...