• Accueil
  • > Amiens Forum
  • > Quelle place pour l’expression des conseillers municipaux d’opposition à Amiens ?


Quelle place pour l’expression des conseillers municipaux d’opposition à Amiens ?

J’ai récemment évoqué le durcissement politique de la majorité transparaissant dans les pages d’Amiens Forum. Ces derniers mois, nous y avons vu fleurir de véritables argumentaires militants opposés au Gouvernement et des attaques de plus en plus directes à l’endroit de l’ancienne équipe Robien et de l’actuelle opposition. Cette attitude m’a amené à m’interroger sur la place qui devrait être normalement dévolue à l’opposition municipale dans un tel contexte et à celle qui est effectivement accaparée par la majorité.

La majorité parlant politique nationale et vantant sa propre action tout au long d’Amiens Forum et du JDA, elle dispose par ailleurs de tribunes politiques, au même titre que les deux groupes d’opposition. Pourtant, dans un jugement rendu le 4 novembre 2008, le tribunal administratif de Montpellier précisait que « l’espace d’expression consacré à l’expression des conseillers municipaux doit être réservé uniquement à ceux qui n’appartiennent pas à la majorité« . Ce qui peut paraître tout à fait logique.

Quid du site Internet, sur lequel l’équipe Demailly ne se gêne pas pour réprouver la politique passée de Gilles de Robien ou celle présente du Gouvernement (voir par exemple ici) ? La réponse du Ministère de l’Intérieur à une question écrite d’une députée de la Moselle nous donne la réponse : « si le site Internet de la ville offre une diffusion régulière d’informations sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, en vertu du droit que leur reconnaît la loi, les conseillers minoritaires doivent y avoir une tribune politique » (voir ici pour la question et la réponse). De ce côté, de grands progrès sont donc à faire à Amiens.

Enfin,  le groupe d’opposition MPA au Conseil municipal est-il réellement structuré? En effet, la loi lui permet de rémunérer, si cela n’est pas encore fait, un collaborateur à hauteur de 30% du total des indemnités de fonction versées aux élus du groupe (article 14 de la loi du 27 février 2002). Ceci s’applique pour les communes de plus de 100.000 habitants.

Certains diront évidemment que tout cela ne s’est jamais appliqué lorsque Gilles de Robien occupait le siège de maire, mais il faut un début à tout. Gilles Demailly ne cessant de clamer son attachement à la démocratie locale et son souci d’une exemplarité de l’exercice du pouvoir, voici une bonne occasion de faire avancer les choses.

L’opposition serait, selon le communiste Laurent Beuvain dans le dernier Amiens Forum, « inutile, stérile et en déphasage avec la réalité« . Au-delà de cette conception toute communiste de la démocratie (les communistes nous ont par le passé déjà démontré qu’il n’est pas utile d’avoir une opposition), voilà une bonne occasion de lui donner les moyens de faire mieux…

0 commentaire à “Quelle place pour l’expression des conseillers municipaux d’opposition à Amiens ?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...