• Accueil
  • > Transport
  • > Le Pharaon Demailly Ier veut un tramway à Amiens : chimère ou lubie ?


Le Pharaon Demailly Ier veut un tramway à Amiens : chimère ou lubie ?

Le maire l’a dit et redit en Conseil municipal : il ne cherche pas à faire rêver, mais à « recréer » du lien social en privilégiant, notamment, le logement. La presse municipale ne dit pas autre chose : finis les projets « pharaoniques » pour lesquels la ville d’Amiens est trop petite. Que Gilles Demailly se rassure, les Amiénois ont effectivement cessé de rêver…

Malgré tout, la stratégie éprouvée consistant à critiquer toutes les options choisies sous l’ère Robien conduit la Municipalité à contredire ce discours fédérateur. Le Courrier Picard l’avait noté, le maire s’est à nouveau déclaré ouvert à la perspective d’un tramway amiénois, que la Municipalité précédente avait a priori écarté. Le tramway, cette vieille chimère picarde, fait bien entendu partie des fantasmes des habitants de notre ville. Qui ne s’imagine pas parcourant la rue des Trois Cailloux à bord de l’une de ses rames ? En matière de transports, la préférence de Gilles Demailly « va vers un tram« . Discours facile à prononcer qui caresse les oreilles crédules des Amiénois qui n’anticipent pas la hausse future des impôts locaux.

Il est en effet un moment où le rêve se heurte à la réalité. C’est lorsque cette réalité est ignorée que l’on peut parler de « projet pharaonique« . Le tram, n’en déplaise aux habitants de notre ville, fait malheureusement partie de ces projets.

Selon Gilles Demailly, « le coût de construction [d'une ligne de tramway] a tendance à diminuer« . Il n’empêche qu’il faut aujourd’hui compter un minimum de 15 à 20 millions d’euros pour s’offrir un kilomètre de tramway. Une somme pour une ville dont l’étendue équivaut à celle de Lyon !

Sans rentrer dans les détails, comparons notre situation à celle de la belle ville d’Angers, dont le tram devrait être inauguré en 2011. La capitale de l’Anjou a fait le choix d’un tramway à alimentation par le sol, comme Bordeaux, ce qui fait grimper la note à 29 millions d’euros par kilomètre. Est-on en effet prêt, à Amiens, à voir les caténaires et câbles d’alimentation se  répandre en ville ?

Angers comptant environ 150 000 habitants contre 136 000 pour Amiens, nous pouvons considérer que nos situations sont comparables. Alors, pourquoi eux et pas nous ? Pas nous, en raison d’une trop faible densité amiénoise : 2.700 habitants au km² contre 3.500 à Angers. Par ailleurs, l’agglomération amiénoise ne dépasse pas 200.000 personnes, contre 340.000 à Angers. En clair, nous ne sommes pas suffisamment nombreux à habiter une ville bien trop étendue, ce qui obligerait à construire des lignes de tramway d’une longueur et d’un coût excessifs relativement à nos moyens, sans garantie d’une clientèle suffisante pour rentabiliser l’investissement.

La cité angevine a dépensé 240 millions d’euros pour 12 kilomètres de ligne, soit la distance approximative qui sépare la zone industrielle Nord du Sud-est amiénois (à titre d’exemple), mais avec beaucoup, beaucoup plus d’habitants susceptibles de prendre place dans l’une des rames du tram.

Qu’est-ce que le tram amiénois ? Des centaines de millions d’euros dépensés, des années de travaux pénalisant le chiffre d’affaires des commerçants, ainsi que la circulation des voitures et des bus (le maire s’en remettra-t-il ?) pour un résultat qui est loin d’être garanti en terme d’aménagement et comporte un risque majeur d’enlisement budgétaire… Cela ne ressemblerait-il pas à un projet pharaonique ?

Le maire a toujours accusé la Municipalité précédente d’avoir commandé sur le sujet une étude dont les conclusions étaient connues d’avance. Ne doutons pas qu’il en sera autrement cette fois-ci…

Dossier spécial de Ouest France sur le tram d’Angers en cliquant ici.

10 commentaires à “Le Pharaon Demailly Ier veut un tramway à Amiens : chimère ou lubie ?”


  1. 0 fréderic 21 jan 2010 à 22:22

    il est vrai que vous avez fait réver les amiénois avec la verrière

    Répondre

  2. 1 anto 5 fév 2010 à 19:21

    Toutes les villes de plus de 100 000 habitants ont fait le choix d’ un tramway pourquoi pas amiens on parle toujours de cout et que la ville est trop petite Le mans angers et meme Besancon qui est une ville plus petite qu’ amiens et une population encore moins dense qu’ amiens va faire sont tram.Un tramway est un magnifique projet pour modeler ameliorer une ville et sa voirie.Pour moi un axe nord-sud me semble bien pour amiens (Futur CHU)Bref cela fait des annees que l’ on nous fait miroiter avec un tram j’ espere que quelq’un prendra la decision de faire ou ne pas faire de toute les manieres notre systeme de transport en commun ne fonctionne pas bien et n’ est plus adapter a notre ville qui heureusement se developpe.

    Répondre

  3. 2 Philippe 11 fév 2010 à 15:53

    Nous avons besoin de rêver, nous les Amiénois, un projet de tramway serait bien venu dans cette ville qui dort depuis bientôt deux ans. Plus de projet : plus d’avenir, Amiens vit sur ses acquis ou plutôt survit. Je n’ai plus l’envie de me promener dans cette ville qui m’a vu grandir et qui elle ne grandit pas, on dit que la richesse d’une ville : c’est sa population, mais un joyau est toujours plus joli dans un bel écrin.
    Un tramway empruntant les axes nord-sud et est-ouest passant par la gare, relayé par un maillage de bus étoffé donnerait d’Amiens une image dont ses habitants seraient fiers. Un tramway permettrait à Amiens de grandir et de s’épanouir tant au niveau commercial qu’au niveau social. Amiens ne doit pas se contenter de ce qu’elle était mais doit tout faire pour que se développer, remplir le vide qui la sépare des frontières que sont la rocade et l’autoroute A29, faisons venir les plus grandes enseignes commerciales, n’ayons pas peur de briller autour de notre emblème: la tour Perret.
    Redonnons à cette grande ville que j’ai connue la place qu’elle mérite.

    Répondre

  4. 3 passepartout 12 fév 2010 à 0:53

    faudrait il encore que les commerçants si peu enclin à distribuer ces fameux 100 000 tickets jouent le jeu, ce qui serait positif pour le centre ville mais seulement 30% de ceux la affichent le petit flyer… c’est bien beau de titrer « Sire Demailly 1er » dans l’intitulé du post, enfin, en deux ans « Sire Demailly a fait oublier « Monseigneur Robien », tout compte fait, pour un inconnu, il réussi l’exploit d’éclipser un EX-ministre, c’est plutôt pas mal! non?

    Répondre

  5. 4 ARNOLD jean-marie 21 fév 2010 à 22:45

    Il faut foncer pour construire ce tramway à Amiens, il embellirat la ville et facilitera les déplacements.
    A trop réfléchir on ne fait rien,des villes plus petites n’ont pas hésité à faire le pas et n’ont pas de regrêts, le tramway c’est l’avenir,la voiture c’est pratique là ou le train n’existe pas de ville à ville, une ville sans voitures, reste un rêve !

    Répondre

  6. 5 Vincent 5 mar 2010 à 16:21

    Le problème est toujours le même : vous confondez moyens et objectifs. Il faut une analyse, une vision puis seulement aprés trouver les moyens adéquats.
    L’argument les autres l’on fait, faisons le, me paraît plus que léger.Pour une fois soyons innovant plutôt que de nous lancer dans une course à rattrapper le retard, ou nous finirons trés logiquement toujours en retard…
    Des chercheurs remettent largement en question cette instrumentalisation des moyens de transport et en particulier du Tramway. « Vous avez des problèmes :ne vous inquiétez plus, tout sera résolu par le Tram ». Les résultats sur un plan social, écologique et économique sont souvent extrêmement mitigés au regard des investissements et des effets induits par les travaux…
    J’entends les commercants ceci, les commercants celà, n’oubliez pas qu’ils représentent le 3ème employeur de la ville, avec des emplois non délocalisables et non subventionnés… La zonne de chalandise d’Amiens représente 420 000 personnes et draine bien en dehors de la Métropole (une bonne proportion des habitants n’ont pas d’autre choix que d’utiliser leur voiture). Si nous voulons conserver cet atout économique, et « garder notre place de capitale régionale, il faut étudier toutes ces questions de transports avec beaucoup de précision et de précaution… Soyons réalistes exigeons l’impossible disait Che Guevara on connaît la suite del’Histoire…

    Répondre

  7. 6 guillaume 22 juin 2010 à 15:53

    Avant de débattre sur des projets délirants comme le Tramway, je pense qu’il serait bon de considérer les priorités de la commune. La mairie, le conseil régional entre autres ne cesse depuis maintenant une quinzaine d’année de balancer pelle- mêle de vastes idées en espérant que l’une d’entre elle sera retenue! Je rappelle que nous parlons d’Amiens et pas de Bordeaux, Marseille ou même Lille. Pouvons-nous assumer un nouvel hôpital, un regroupement universitaire, un projet TGV et en même temps un tramway? Un peu de sérieux monsieur Demailly!
    Peut- être qu’il faudrait commencer par regrouper les structures en effet afin de densifier la ville et créer un véritable centre- ville réellement attractif. Amiens couvre un rayon d’environ 50 kms pour une population dérisoire qui atteint à peine 140 000 habitants ( je ne compte pas les résidents transitoires comme les étudiants ).Les différents pôles ( industries, santé, éducation, transports… ) sont complétement dispatchés ce qui implique, si on souhaite un tramway de réel utilité, un vaste réseau et donc un coût important. De plus, la population ne me semble pas assez nombreuse pour vraiment rentabilisé ce type de transport.
    A mon sens, ce tramway est d’avantage un coup de pub pour l’image d’une mairie qui ne sait pas au aller et vraiment assurer la gestion de la ville!

    Répondre

  8. 7 philippe vaillant 23 juin 2010 à 10:32

    Le TRAMWAY serait bien pour Amiens. Ma grand mére habite en Ecosse à Edimbourg où un nouveau tramway est en train d’être construit. C’est très beau et c’est très pratique.

    Eric VAILLANT

    Répondre

  9. 8 Firebush 4 nov 2010 à 18:15

    Habitant Angers, j’ai toujours été contre le tramway. Les inconvénients des travaux (qui prennent par définition toujours du retard) sont autant pour les commerçants que pour les habitants.

    Je ne comprends toujours pas pourquoi les villes s’échinent à construire des infrastructures hyper coûteuses quand il existe des alternatives au tramway qui sont à la fois moins onéreuses et respectant tout autant les décisions du Grenelle de l’environnement.

    Regardez Rome : il y a des bus électriques… Pourquoi ne pas moderniser l’existant plutôt que d’engager des travaux qui ne manqueront pas de révéler des coût cachés dans l’avenir?

    Pour information, le coût du tramway pour Angers, c’est 30 ans de bus gratuit pour la population…

    Répondre

    • 9 Pierre Duceux 1 mar 2013 à 9:53

      C’est quoi un bus électrique ? Un trolleybus ? Il me semble qu’un moteur électrique a besoin d’une alimentation et comme l’accumulateur léger que l’on recherche depuis 100 ans au moins n’a toujours pas été trouvé, le reste c’est du vent.

      Quant à Rome (la comparer à Amiens ??..) les tramways qui avaient été comme partout fortement réduits (mais jamais totalement supprimés) sont revenus en force depuis quelque temps avec de nouvelles lignes.

      Répondre

Répondre à passepartout Annuler la réponse.



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...