L’Amiens SC à l’image de la ville : au plus bas

Les couleurs de l'ASC bientôt à nouveau en L2?La politique est faite de symboles. Le 15 avril 2008, moins de trois semaines après la victoire de Gilles Demailly, l’Amiens SC s’imposait face à l’équipe de football de Dijon et se qualifiait pour le dernier carré de la Coupe de France, où le club échoua face au PSG. Un an après avoir loupé la Ligue 1 d’un souffle. Sept ans après une finale au Stade de France restée dans toutes les mémoires. Bref, à une époque où l’ASC et ses supporters, malgré les insuffisances budgétaires du club, regardaient vers le haut tout en rêvant à la fantasmatique mais inéluctable accession à l’élite. Sauf que.

Tout était pourtant prêt: un stade récent dont l’extension semblait acquise ; l’un des meilleurs taux de remplissage de Ligue 2, avec un public qui ne demande qu’à exploser malgré la légendaire retenue picarde ; des joueurs de qualité qui font aujourd’hui le bonheur de clubs de Ligue 1 (Contout à Auxerre, Kadir à Valenciennes, Traoré et Sami à Nancy, etc.). Cette époque nous semble aujourd’hui avoir été la plus belle de l’ASC, alors qu’elle était, il y a peu, source de frustrations.

L’existence d’un club de football de haut niveau n’est certes pas une condition de développement d’une ville. Elle participe, cependant, à la construction de son image. Le maire ne pense pas différemment, lui qui s’inquiétait il y a peu de ce que les catastrophiques résultats de l’ASC pourraient nuire à la réputation d’Amiens… Des villes comme Lorient (58.000 habitants), Auxerre (37.000 habitants) ou Nancy (105.000 habitants) ne profitent-elles pas de leur présence et de leur réussite en Ligue 1? Le passage dans l’élite de Boulogne-sur-mer – fut-il court – n’a-t-il d’ailleurs pas contribué à renouveler son image?

Hélas, la Municipalité semble, depuis son élection, percevoir l’ASC comme une source inutile d’ennuis, voire comme un nuisible.

Gilles Demailly lors de Boulogne-Amiens en 2009La rédaction d’Amiensforum consacre ce mois-ci un dossier spécial à la place du sport dans notre belle ville. Pour illustrer son éditorial sur ce même sujet, Gilles Demailly apparait au milieu d’un stade coloré. Choix délibéré ou, plus probablement, pioche hasardeuse dans une banque d’image d’un journaliste recruté dans le Tarn ? La politique étant – aussi – faite de symbole, Gilles Demailly nous apparaît donc tout sourire au pied d’une tribune parée de rouge et de noir aux côtés de Frédéric Cuvillier, le député-maire de … Boulogne-sur-mer. Car cette photo a été prise le 29 mai 2009, au Stade de la Libération de la ville portuaire. Ce soir-là, l’ASC encaissait un 4-0 et descendait en championnat National, où le club se trouve encore aujourd’hui. La photo a sans douté été mal choisie, mais représente bien l’attitude de la Municipalité à l’égard du club phare de la Métropole.

La relégation de l'ASC vue par Amiens ForumQuelques pages plus tard, un court article annonce : « La Ligue 2, c’est pour plus tard. Mais la réduction des subventions, c’est sans doute pour bientôt. » Ton ironique qui n’est pas sans rappeler le petit encart lu dans Amiensforum n°3, qui annonçait ainsi la relégation: « Plus question de prendre l’autoroute entre Boulogne et Amiens. Pour les Amiénois, un seul chemin: la nationale » (un supporter boulonnais). De quoi faire très plaisir aux nombreux habitués du stade de la Licorne…

Heureusement, le maire rassure: « Nous vibrons avec nos équipes lorsqu’elles gagnent et sommes prêts à les encourager lorsque la réussite n’est pas au rendez-vous« . Encourager en soupirant devant son journal quand l’ASC perd 6-0 à Pacy-sur-Eure?

2 commentaires à “L’Amiens SC à l’image de la ville : au plus bas”


  1. 0 arnaud 11 mai 2010 à 19:59

    bravo!
    excellent article, Amiens en Ligue 2.

    Répondre

  2. 1 fabienh 22 mai 2010 à 15:01

    Excellent décryptage, en effet.

    Je me souviens avoir assisté à un dîner d’après-match à la Licorne, où Amiens avait assez bêtement perdu contre Guingamp dans les dernières minutes, et où Gilles Demailly voulant sans doute se montrer très fair-play avait dit, en ce soir où l’ASC recevait à dîner l’ancien cycliste breton Bernard Hinault, qu’il était « ravi » de la victoire de Guingamp…

    Or ce match gagnable mais manqué nous a coûté les quelques points nécessaires pour rester en ligue 2.

    Soyons clair : la nouvelle municipalité n’en a rien à faire de l’ASC. Sa posture est idéologique : non au sport professionnel…

    J’ai moi aussi été très choqué par les derniers articles des bulletins municipaux amiénois.

    « La Ligue 2, c’est pour plus tard. Mais la réduction des subventions, c’est sans doute pour bientôt. » citez-vous. Ce ton moqueur est odieux pour les supporters.

    La nouvelle mairie n’a t-elle jamais pensé une seule seconde que l’ASC qui gagne, c’est tout Amiens qui gagne ? Et l’importance pour une capitale régionale d’avoir une équipe au meilleur niveau ? Même si les résultats ne sont pas là, il faut continuer à soutenir l’équipe financièrement. C’est la meilleure équipe amiénoise, elle doit avoir le maximum de subvention.Pour revenir au meilleur niveau.

    Répondre

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...