Marie-Noëlle Lienemann prête au grand saut sur Amiens

Lienemann pense déjà à AmiensLe Courrier Picard a relayé et étayé  il y a quelques semaines un bruit annonçant l’arrivée possible de Marie-Noëlle Lienemann à Amiens (article du 03/06 ici). L’ancienne secrétaire d’Etat de Lionel Jospin, que l’on place à l’extrême gauche du PS, s’est spécialisée dans le parachutage politique: née à Belfort, mais députée de l’Essonne en 1988, adjointe au maire de Massy de 1977 à 1989, maire de Athis-Mons de 1989 à 2001 ou encore conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 2004 à 2010… Vous pouvez d’ailleurs admirer sa jolie collection de mandats sur la page Wikipedia qui lui est consacrée. Conseillère municipale d’Hénin-Beaumont (62) jusqu’en avril 2009, elle a quitté la ville suite à la révélation de malversations financières opérées par le maire PS de la commune (qui a fini en prison) et se cherche donc un nouveau point de chute. Madame Lienemann le dit elle-même:  « Je n’ai pas l’intention de rester en retraite de tout mandat » (sic). Ambition légitime au regard de son palmarès…

Marie-Noëlle Lienemann a donc entamé son opération séduction en venant soutenir, avec la réussite que l’on sait, le candidat socialiste à la dernière élection cantonale partielle. Ce fut peut-être une occasion de voir à quoi ressemble Amiens avant de lui déclarer une flamme que l’on soupçonne sans limites.

Deux ans après sa victoire, le PS se cherche donc déjà un nouveau leader pour conserver Amiens. Voilà qui confirme deux soupçons.

Si la « Rue de Solférino » cherche maintenant à envoyer un cador national pour s’occuper de la capitale picarde, c’est qu’elle perçoit la nécessité pour le parti d’y implanter un leader sur la durée afin d’y asseoir sa domination. Si elle ne l’a pas fait avant, c’est que le risque d’une défaite lui a semblé, en 2008, trop important. Vincent Peillon, autre amateur de parachutes longtemps pressenti, a même préféré renoncer et filer dans le Sud pour conserver un mandat crédible plutôt que de se frotter à Gilles de Robien. Victoire surprise donc: si la chance avait été réelle, jamais Gilles Demailly n’aurait été tête de liste… Mais ce n’est pas le pire!

Le pire, c’est que le PS pense à quelqu’un d’autre que le maire actuel pour les municipales amiénoises de 2014. Cela signifie que le PS craint déjà la perte de la ville et ressent le besoin d’y implanter une personnalité nationale crédible. Cela confirme également le faible poids de Gilles Demailly auprès des instances nationales du PS, puisque sa légitimité et sa crédibilité sont les principales victimes d’une ambition que l’ancienne ministre ne prend même pas la peine de démentir. Même si elle ne devient pas maire dès 2014, qui peut en effet penser que Marie-Noëlle Lienemann ne détiendra pas la clé – ou son double -  du pouvoir municipal. Nous n’imaginerons pas ici que le PS national pense au bien d’Amiens: cela n’a jamais été le cas.

Le dernier mot reviendra à notre parachutiste en chef : « Si je viens, ça ne sera pas par hasard… ». Bien entendu: si elle vient, ce sera uniquement parce qu’elle ne peut pas aller ailleurs!

1 commentaire à “Marie-Noëlle Lienemann prête au grand saut sur Amiens”


  1. 0 Sortons Demailly 23 juin 2010 à 22:54

    Le combat de la gauche sur Amiens est loin d’être perdu. Il existe une alternative de gauche à Gilles Demailly ici-même, dans cette ville :

    sortonsdemailly.over-blog.com

    Répondre

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...