• Accueil
  • > La majorite
  • > A leur tour, Joron et Thuilliez ajustent la mire sur un maire d’Amiens dépassé


A leur tour, Joron et Thuilliez ajustent la mire sur un maire d’Amiens dépassé

Gilles Demlailly en Conseil municipalOn ne pourra plus dire que ce sont des fantasmes ou des mensonges de l’opposition ; on ne pourra plus prétendre que la majorité municipale veille au bien-être des Amiénois dans une « unité » et une « solidarité » inébranlables…

Ce qui se joue ces jours-ci ressemble à l’implosion de l’équipe de France en Afrique du Sud. Chaque jour apporte son lot de rebondissements et enfonce un peu plus la majorité issue des élections de mars 2008 dans le ridicule. Si un classement des villes de France les plus risibles était établi, nul doute en effet que notre pauvre cité y trônerait. Cette incidence pour l’image d’Amiens est bien ce qui doit nous préoccuper le plus.

Gilles Demailly, enfermé dans une stratégie d’immobilisme dont il déposera sans doute bientôt les droits, a fini de consommer son reste de crédibilité en gérant de manière invraisemblable le conflit des bus. Pilier de la communication municipale depuis des mois, voilà les transports en commun férocement décriés par les Amiénois. En décidant de ne faire pression sur personne, en ne proposant aucune voie de sortie de crise, le maire et son équipe ont officialisé leur inefficacité. Pire, la municipalité se vante qu’un accord soit intervenu après la nomination par le maire d’un médiateur … trois semaines après le début de la grève!!

Les conflits internes à la majorité viennent ensuite d’atteindre leur paroxysme. Les différentes sensibilités de la gauche amiénoises règlent leurs comptes par médias interposés. Il y avait déjà ces trois élus gremetziens, menés par le volubile Cedric Maisse (son blog ici), qui se sont institués en opposants de gauche à Gilles Demailly. Il y avait aussi ces élus verts, pas avares de critiques quant à la politique des transports de la mairie. Nous n’oublierons pas la claire volonté d’émancipation des communistes, ni les rêves de pouvoir d’un conseiller municipal amer.

Voilà maintenant les revanchards.

Romain Joron, socialiste amerRomain Joron, battu par Brigitte Fouré lors de la cantonale partielle d’Amiens Sud-Est, a choisi de mettre sa défaite sur le compte de la « politique pas assez à gauche du maire d’Amiens » et dénonce dans une lettre ouverte la « communication désastreuse et calamiteuse » sur le conflit social dans les bus. Parlant de la politique de la mairie, il  dénonce un « copié/collé avec les politiques d’avant« . Bref, l’ex-candidat socialiste choisit d’entonner le refrain « c’est pas ma faute, c’est la leur » et met au jour les profondes tensions qui animent le PS local (article du Courrier Picard ici).

Sarah Thuilliez, placardisée par DemaillySarah Thuilliez, battue elle aussi mais lors des législatives 2007 par Olivier Jardé, se confie à la presse régionale (Courrier Picard ici) sur le conflit qui l’oppose à la mairie et qui la conduira bientôt au tribunal. La raison? Une procédure pour affichage sauvage initiée en 2007 par l’ancienne municipalité et poursuivie par la nouvelle… Rappelons que Sarah Thuilliez, deuxième sur la liste de Gilles Demailly lors des municipales, avait été brutalement écartée et mise au placard dès novembre 2008. Communiqué de la mairie: « Gilles Demailly précise qu’il n’a aucun différend politique en ce domaine avec l’intéressée, mais profite de l’occasion pour réaffirmer sa volonté de garder la ville propre. » Nous retiendrons le « en ce domaine » et nous réjouirons de la résolution du maire…

Tout va très bien sous le toit de l’Hôtel de Ville. Le toit, en revanche, commence à s’effondrer.

0 commentaire à “A leur tour, Joron et Thuilliez ajustent la mire sur un maire d’Amiens dépassé”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...