• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archives pour novembre 2010

Lienemann replie son parachute et rentre à Paris : Amiens ramenée à son rang par le PS

Lienemann replie son parachute et rentre à Paris : Amiens ramenée à son rang par le PS dans Divers marienoellelienemann440Un petit tour et puis s’en va. A la recherche d’un mandat, quel qu’il soit et où qu’il soit, Marie-Noëlle Lienemann avait pointé son nez à Amiens il y a quelques mois avec l’ambition de battre Olivier Jardé lors des prochaines législatives. De rumeur, sa venue était devenue information lorsque l’intéressée s’était déclarée au Courrier Picard : « Oui je viendrai, mais non je ne suis pas une parachutée« .

Madame Lienemann est venue : certains l’ont aperçue lors des manifestations d’octobre. Selon toute probabilité, elle ne reviendra plus. Il y a quelques semaines, quelques jours après son entretien avec le Courrier, elle a déposé sa candidature auprès de la fédération socialiste de Paris en vue des élections sénatoriales de septembre 2011 (article du Parisien ici) et devrait être investie et élue. L’ex-ministre avait donc ménagé la chèvre et le chou en préparant le terrain à Amiens, au cas où l’option parisienne se transforme en impasse.

Voilà donc ce qu’est devenue la capitale picarde, même pour les socialistes qui « tiennent » pourtant la ville : un second choix.

L’image donnée par l’ex-future amiénoise de la classe politique est bien évidemment déplorable et alimente les discours populistes qu’elle se plaît à dénoncer. Son attitude est également révélatrice du chaos qui règne chez les socialistes amiénois. Ces derniers sont allés « chercher » Marie-Noëlle Lienemann, comme elle l’a affirmé au Courrier Picard. Ils devront aller chercher quelqu’un d’autre. A moins qu’ils ne se résolvent à l’impensable : propulser un membre de l’équipe municipale à la candidature aux législatives. La crédibilité et la popularité acquises par chacun d’entre eux au contact de l’Hôtel de Ville leur font sans doute redouter cette hypothèse.

Reste un espoir : que Marie-Noëlle Lienemann échoue finalement dans son entreprise parisienne et revienne visiter Amiens. Sur ce point, étant donné les habitudes de l’intéressée, rien ne peut être exclu…

 

 

Pourquoi Changer Amiens est un blog méprisable selon le maire et les socialistes amiénois

C’est par hasard que j’ai découvert il y a quelques jours le blog Amiens socialiste, qui s’attelle avec courage à la défense de la politique municipale.

Outre les articles consacrés aux débats politiques nationaux, les auteurs de ce blog n’hésitent pas à s’y exprimer sur les divisions internes à la majorité, sur les conflits du moment à Amiens (bus, commerçants, stationnement, etc.) et même sur l’activité de la mairie, quand il y en a une. De nombreux articles ne sont d’ailleurs que les copies des informations publiées sur le site de la Ville. Cela voudrait-il dire que le discours militant est de mise sur un site entretenu par les impôts des Amiénois ? Dans ce cas, et je l’avais déjà évoqué il y a quelques mois (l’article ici), il serait parfaitement légitime que l’opposition puisse s’y exprimer

Passons.

J’ai la faiblesse de croire que les opinions exprimées par Changer Amiens ne valent pas moins que celles exposées par les thuriféraires de la majorité municipale. La lecture de l’article intitulé Le comité de ville des sections d’Amiens condamne à l’unanimité la méthode des blogs anonymes (à découvrir ici), daté du 6 juillet dernier, m’a donc stupéfait. Cet article, cosigné par les principaux cadres socialistes de la majorité municipale, dont Gilles Demailly lui-même, ne peut apparaître que comme une crise d’autorité totalement inappropriée.

Je n’aurai pas la prétention de croire que ce communiqué s’adresse uniquement à Changer Amiens. Le blog principalement visé est animé par des opposants socialistes à Gilles Demailly, qui n’ont pas hésité à médiatiser leur action et à étaler sur Internet les conflits internes à la gauche amiénoise. Néanmoins, je ne doute pas d’être concerné par ce rappel à l’ordre.

Selon les termes de ce communiqué, des blogs s’expriment « de façon très agressive sur l’action municipale amiénoise, mettant parfois en cause personnellement et gravement certains élus« . Si des membres de la majorité considèrent que certains de mes articles relèvent de la diffamation, je les invite à se tourner vers les tribunaux. Pour le reste, Amiens ne se situant pas en Chine, il me semble que la critique peut encore y être formulée.

Mon blog ne laisserait pas de « possibilité de réponse, au mépris des règles les plus élémentaires du débat démocratique ». Je rappellerai qu’il a toujours été possible de commenter mes articles, sur cette page et désormais sur Facebook, voire de m’adresser un mail. Je n’ai jamais joué au censeur, si ce n’est pour éviter la publication de messages insultants ou incompréhensibles. Je laisse les leçons de démocratie à ceux qui veulent les donner.

En ne révélant pas mon identité, je ferais preuve d’un procédé « lâche et honteux« , me cachant derrière le « confort » de cet anonymat pour « agresser et calomnier ». Il me coûte tout particulièrement de répondre de ces accusations stériles. Mon blog s’attache avant tout à exprimer des idées et à prendre part au débat sur l’actualité et l’avenir de notre ville, et non à me discréditer en calomniant ou en agressant tel ou tel. Mon identité est tout à fait anecdotique, ce sont des idées que je mets en débat ici.

La Municipalité le reconnaît elle-même, des pages ou blogs d’opposition « fleurissent depuis plusieurs semaines ou plusieurs mois ». Étrangement, Internet et la possibilité de créer un blog existaient bien avant mars 2008… Ces semaines et mois ont été, à Amiens, régis par l’équipe de Gilles Demailly, empêtrée dans ses multiples échecs. Si la majorité municipale est aujourd’hui la cible de très nombreuses critiques, aussi bien sur Internet que dans la rue, peut-être devrait-elle procéder à son introspection !

 

 



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...