• Accueil
  • > Transport
  • > Changer Amiens a testé le respect des décisions municipales place René Goblet


Changer Amiens a testé le respect des décisions municipales place René Goblet

Changer Amiens a testé le respect des décisions municipales place René Goblet dans Transport Les-voitures-ne-peuvent-plus-traverser-la-place-Goblet_tinyNous avons fêté le 4 janvier dernier, dans un relatif anonymat, le premier anniversaire de la fermeture de la place René Goblet à la circulation automobile.

La décision d’expulser les voitures de la place avait été prise sans réelle concertation avec les commerçants qui, rassemblés sous la bannière de l’association « Les commerçants du centre-ville ont du bon sens« , en ont fait voir de toutes les couleurs au maire et à sa majorité en 2010.

Habituée à (tenter de) ménager le chèvre et le chou, la Municipalité a cru pouvoir apaiser les choses au mois de mars en rouvrant la place aux véhicules se rendant de l’axe Jacobins-Beauvais au parking des Trois Cailloux. Prétexte à ce changement de cap: la fréquentation du parking en question avait brutalement chuté. Pour se faire, l’équipe Demailly a du rendre la rue Allart à la circulation alors qu’elle y avait été proscrite trois ans auparavant.

L’accès à la rue Allart et donc à la place René Goblet devait être réservé aux automobilistes se rendant au parking. A « eux et uniquement eux« , précisait le Courrier Picard en mars (CP 02/03).

Au final, l’impréparation qui a précédé la prise de décision est frappante. En improvisant une réponse bancale au mouvement des commerçants, moins de deux mois après la fermeture de la place, la Municipalité a rendu illisible le plan de circulation à tout Amiénois – ou touriste – non abonné au Courrier Picard. Illisible et inefficace.

De mon côté, j’étais curieux de mesurer à ma modeste échelle le respect des règles édictées par l’équipe Demailly. Depuis quelques temps, j’avais même une petite idée derrière la tête : me munir d’un stylo et d’un calepin et me poster à l’angle de la rue Robert de Luzarches et de la rue Pierre Dubois. De cet endroit, on peut apercevoir sans difficulté les véhicules qui débouchent de la place René Goblet, mais également l’entrée du parking des Trois Cailloux.

Je me suis finalement exécuté samedi 15 janvier. Arrivé à 17h37 à l’endroit indiqué, je me suis appliqué pendant 30 minutes à compter consciencieusement les passages de véhicules. J’avais bien entendu une petite idée du résultat… Et je n’ai pas été déçu !

Durant cette demi-heure, 82 véhicules (en dehors, bien entendu, des bus et des taxis) ont emprunté la place René Goblet. Parmi eux, seules 15 voitures sont entrées dans le parking des Trois Cailloux. Pas moins de 67 automobilistes ont donc bravé l’interdit en 30 minutes, soit près de 82% des conducteurs qui ont traversé la place Goblet ! Le prétexte du parking souterrain a fait plus qu’atténuer la peur du gendarme

A la vérité, les dispositions prises par la Municipalité ont créé deux sortes d’Amiénois : ceux qui osent et ceux qui n’osent pas encore… 

Place René Goblet, l’équipe Demailly aura donc réussi sur toute la ligne. Sa décision a été mal préparée, elle a provoqué une contestation bruyante et tenace pour un résultat plus que contestable…

 Photo d’archive empruntée au Courrier Picard

 

1 commentaire à “Changer Amiens a testé le respect des décisions municipales place René Goblet”


  1. 0 edgar 22 jan 2011 à 11:34

    excellente observation, qui conforte une fois de plus que l’impréparation et le dogme ne conduisent pas à une démarche politique cohérente. Rassurons-nous, les amiénois, usagers du centre-ville et commerçants, enregistrent tous ces dysfonctionnements et en tiendront compte le moment venu…

    Répondre

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...