• Accueil
  • > Culture
  • > Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine


Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine

Plus rien ne semble devoir nous surprendre de la part de la gauche dans cette lutte sans merci pour la députation. Chaque semaine, voire chaque journée, apporte son lot de rebondissements, de déclarations vengeresses, d’ambitions contrariées ou de rumeurs infondées.

Ces violents entrechocs d’ambitions personnelles s’interrompront-ils pour une trêve de Noël ? La saga des investitures dans les 1ère et 2ème circonscriptions de la Somme  prendra-t-elle la couleur guimauve de Sept à la maison après avoir eu la saveur piment de Dallas ? Nous conseillerons à tous les acteurs de ce magnifique spectacle tragi-comique de prendre un peu de repos durant les fêtes afin de nous proposer un second acte de teneur au moins équivalente.

Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine dans Culture 789998149Pourquoi ne pas passer un peu de temps sur le marché de Noël d’Amiens ? Oh, pardon, sur Parfums d’hiver puisque c’est ainsi qu’il a été renommé par l’équipe en place. On l’a bien lu dans le bilan de mi-mandat de la majorité : l’équipe Demailly a « développé » Parfums d’hiver. On l’a vu.

Pour s’attirer le succès, la philosophie du « toujours plus » s’imposa rapidement : toujours plus de chalets, d’animations, d’erreurs, etc. Les Parfums d’hiver sont vite devenu une caricature du capitalisme (et oui, rien que ça!). Il a suffi de prendre un événement traditionnel comme base de travail et d’y greffer tout ce qui peut plaire et surtout se vendre, y compris ce qui peut sembler contraire à l’esprit de l’événement initial. Cela permet de rester « le plus grand marché de Noël du Nord de la France ».

Ainsi peut-on par exemple acheter des bernards l’ermite domestiques rue des Trois-Cailloux. Vu le succès du chalet en question, je gage d’ailleurs qu’il sera de retour en 2012. Ainsi peut-on se faire lire les lignes de la main dans un chalet rue de Noyon. Ainsi peut-on s’offrir des caleçons que nous qualifierons d’humoristiques derrière l’hôtel de Ville. De telles ventes ont-elles leur place dans un marché de Noël ? Quoi qu’il en soit, on comprend mieux pourquoi les Parfums d’hiver sont pluriels.

Dans son bilan de mi-mandat, la majorité rappelait l’un des objectifs fixés en matière culturelle : « s’écarter des sentiers battus des thématiques grand public : les Amiénois ont envie de choses intelligentes et audacieuses ».  D’où, sans doute, les animations tous azimuts que Brigitte Fouré étrille sur son blog (l’article ici). Démonstration de catch et simulateur de vol sont bien loin de l’ambiance de Noël que les visiteurs viennent chercher à Amiens. Oui, bien sûr, il y a du monde. Il y a aussi du monde pour regarder Secret Story et Confessions Intimes. Presque autant que pour Dallas

Joyeux Noël à tous !

2 commentaires à “Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine”


  1. 0 BONETEAU 30 déc 2011 à 13:31

    Courrier picard du 30 décembre 2011
    AMIENS Le marché de Noël 2011 est un bon cru
    Le marché de Noël a été un succès selon les commerçants et la mairie. L’une des raisons vient du climat, particulièrement doux cette année. Parfums d’hiver 2011 auraient enregistré plus d’un million de visiteurs. Des badauds qui ont rendu le sourire aux commerçants, dont les ventes de 2010 avaient été freinées par la neige. C’était une bonne année», « l’une des meilleures», «on a fait plus 30% par rapport à l’année dernière». Les exposants du marché de Noël semblent globalement bien plus satisfaits de leur mois passé à Amiens par rapport à l’année dernière. Grâce à quoi? Les explications sont diverses mais la météo-bien plus clémente cette année- est régulièrement évoquée. «Quand le climat est si doux, les gens sont moins dans les supermarchés, analyse Jean-Luc Petit, artisan cuir, qui participe pour la 11e fois à ce marché de Noël. Et 2011 est l’une des meilleures années.» Plus loin, au Rucher de l’ours, le bilan est aussi très satisfaisant: «Nous avons fait 30% de chiffre d’affaires en plus», assure André Desfachelles. À la mairie, Jacques Goffinon parle même de «succès». Et pour l’adjoint aux fêtes, les animations et la communication ont participé à cette réussite. «Il y a trois ans, il y avait trois cars de touristes étrangers. Cette année, il y en avait 280, note Jacques Goffinon. Et puis les animations, comme la grande roue, ont été très bénéfiques.» Et sur ce point, le président de la Fédération des commerçants du centre-ville Stéphane Conty, rejoint l’adjoint au maire: «Nous avons eu un écho très positif sur le retour de la grande roue», indique-t-il avant de tirer un premier bilan de ce mois de décembre. «Je dirais qu’en termes d’activité, 2011 était une année moyenne». Mais à la boutique de décoration Maison du monde, rue de Noyon, on est satisfait: « C’était un bon mois de décembre», indique l’une des responsables de magasin. Mêmes échos chez Devred, enseigne de prêt-à-porter masculin: «Le bilan est bon. Le marché de Noël attire vraiment beaucoup de monde», indique Thomas Tetelin, responsable de ce magasin rue des Trois-Cailloux. En réalité, les déçus du marché de Noël se trouvent un peu plus loin. Dans les rues parallèles. «Y’a rien ici: pas d’animation, pas de manège», soupire Martine Moreira, responsable adjointe à la boutique Vanille, rue de Beauvais. «Il y a quelques années, il y avait une crèche et davantage de chalets place de l’hôtel de ville, ce qui amenait les gens vers nous», commente Aurélie du magasin de chaussures Gambet Globe Trotter, situé lui aussi rue de Beauvais. «Le problème c’est qu’on ne peut pas rendre cet axe piéton. Il permet l’accès aux deux parkings, indique Jacques Goffinon qui souligne néanmoins que cet axe est l’un des plus illuminés.» Pas de quoi consoler Martine Moreira qui conclut: «Ce n’est pas ça qui va animer la rue».

    Répondre

    • 1 Changer Amiens 30 déc 2011 à 17:44

      Considérez-vous que ce copier-coller d’un article du CP me donne tort ? En réalité, c’est tout le contraire! Je n’ai jamais dénié les succès en terme de nombre de visiteurs et de ventes (lesquels remontent au-delà de 2008), mais souligné qu’à trop vouloir accroitre la fréquentation et la réussite commerciale, on avait fini par oublier ce que l’on fêtait: Noël. Le subtil équilibre entre opération commerciale et événement culturel, qui sied à ce genre de manifestation, n’existe plus dans le cas présent…

      Répondre

Laisser un commentaire



RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...