Archives pour la catégorie Cantonales 2011



Cantonales Amiens Sud-Ouest : Marc Thuilot et Nathalie Lavallard pour leurs couleurs

Pour succéder à Jean-Pierre Têtu (Ecolos-Verts), qui se représente, il y aura neuf candidats pour le canton Sud-Ouest, qui sera donc le plus disputé à Amiens. Pourtant, comme dans le canton Sud, c’est un duel à droite qui animera le premier tour : qui de Nathalie Lavallard (NC) ou de Marc Thuilot (UMP) sera présent au second tour ?

Marc Thuilot a été le conseiller général du secteur jusqu’en 2004. Bien connu des Amiénois pour avoir fait partie de l’équipe Robien, il tentera donc de récupérer le siège dans un contexte a priori défavorable. Nathalie Lavallard, ancienne présidente de l’union des comités de quartier, a ravi l’investiture NC à Jean-Yves Bourgois et compte bien faire de sa première expérience politique un succès. A la vérité, cette confrontation constitue bien plus qu’un duel de personnes pour la droite amiénoise. Il s’agira pour le NC de conforter sa place de première force politique de droite à Amiens, alors que l’UMP tentera de rééquilibrer un rapport de force jusqu’alors défavorable. Les municipales 2014 se jouent déjà dans ce premier tour.

A droite toujours, le radical Anthony Leite pourrait attirer quelques voix centristes et pénaliser Nathalie Lavallard en cas de scrutin serré. Lydia Sosson, à peu près inconnue, se présente en candidate du CNIP (Centre national des indépendants et paysans). Une rapide recherche sur Internet permet cependant de mieux l’identifier: proche du mouvement de Dominique de Villepin, elle pourrait préparer avec son alter ego du Sud Dominique Fachon une candidature aux prochaines législatives (voir ici).

Si elle part également divisée, la gauche est moins tourmentée dans ce canton. Favori, le sortant Jean-Pierre Têtu, conseiller municipal d’Amiens, n’aura pas de candidat socialiste face à lui. Principal point de son bilan : avoir été le premier conseiller général Vert du département. On cherche toujours le reste. Quelques-uns tenteront l’expérience sans illusion : le MRC (Chevènement) Didier Etroit et la jeune candidate du Front de gauche Marianne Mugnier notamment. Enfin, le candidat made in Gremetz du canton se nomme Joël Doublet.

Pour finir, le seul candidat FN d’Amiens se présente dans ce canton et se nomme Abdelkader Cherfi. Sachant que la candidate FN d’Abbeville Nord se nomme Catherine Cherfi, on se dit qu’au FN, on sait décidément travailler en famille…

Voilà donc pour les quatre cantons renouvelables d’Amiens. Il ne vous reste plus qu’une chose à faire: voter…

Cantonales Amiens Sud : Hubert de Jenlis pour l’avenir

Le canton le plus à droite de la ville aiguise les appétits. Le sortant Hubert Henno ne se représentant pas, c’est un fief qui est à conquérir. Si la seule Salwa Barjoud défiera la gauche à l’Est, ils ne seront donc pas moins de cinq à représenter le centre ou la droite dans le Sud. La primaire se résumera toutefois à un duel entre l’ex-NC Jean-Yves Bourgois et l’UMP Hubert de Jenlis.

Cantonales Amiens Sud : Hubert de Jenlis pour l'avenir dans Cantonales 2011 portrait.15Le premier, ancien adjoint de Gilles de Robien, était jusqu’alors impliqué politiquement dans le Nord de la ville. Il a d’ailleurs défié Maxime Gremetz lors des deux dernières élections législatives. Souhaitant dans un premier temps se présenter dans le canton Sud Ouest, il n’est cependant pas parvenu à remporter l’investiture NC face à Nathalie Lavallard. L’affront de trop pour Jean-Yves Bourgois, qui a claqué la porte du Nouveau Centre et a tourné son regard vers le canton Sud. Dans un scrutin où il ne sera pas favori, il tentera d’assurer sa survie politique. Pour cela, il dispose à seulement 39 ans d’une solide expérience politique, d’une excellente connaissance de la ville et de vastes réseaux. Paradoxe : plus jeune que son principal adversaire de droite, son point faible est d’incarner une époque révolue, celle de l’ère Robien.

 dans Cantonales 2011C’est en partie sur cette image d’homme neuf que Hubert de Jenlis construit sa campagne. Tête nouvelle pour le commun des Amiénois, il en connaît pourtant le monde politique comme sa poche. Sa candidature est l’aboutissement d’un long travail de terrain. Adoubé par les caciques locaux, Gilles de Robien compris, il a été intronisé par le sortant, Hubert Henno. Avant d’annoncer son retrait, ce dernier a d’ailleurs attendu d’être certain de l’identité de son successeur. Contrairement à Jean-Yves Bourgois, une victoire dans ce canton serait un commencement pour Hubert de Jenlis.

On retrouvera également Dominique Fachon, ancienne conseillère municipale qui, à la tête d’une liste lors des dernières municipales, voulait rouvrir la rue des Trois Cailloux à la circulation… Jean-François Claisse représentera le Parti radical, décidément très présent à Amiens, et pourrait grappiller quelques voix. Enfin, le jeune SE Jason Lamiaux se frottera aux délices de la démocratie.

Cette division à droite pourrait profiter à Marion Lepresle, adjointe au maire d’Amiens, qui représentera la gauche parlementaire. Encartée Europe Ecologie, une victoire dans ce canton semble pour elle peu probable. Si elle démentait les pronostics en s’imposant dans un bastion de droite, le chemin des élections législatives pourrait s’ouvrir devant elle.

Fabienne Debeauvais, conseillère municipale proche de Cédric Maisse, s’est alliée avec un jeune du NPA pour défendre les couleurs de l’extrême gauche dans ce scrutin. Enfin, Françoise Van Hecke (MUP) tentera vainement de se faire rembourser ses frais de campagne.

Alors juste deux petits mots : votez Jenlis…

Cantonales Amiens Est : Maxime Gremetz pour une revanche

Cantonales Amiens Est : Maxime Gremetz pour une revanche dans Cantonales 2011 08.09e_Maxime-Gremetz-janvier-2010_MAXPPP-630x420.jpg_scalewidth_30032 ans qu’il n’a pas mis les pieds au Conseil général! Défait l’an dernier lors des élections régionales, qui avaient mis un terme à cinq ans d’une confrontation théâtrale et permanente avec Claude Gewerc, Maxime veut récupérer un mandat local. Pour cela, il se présente dans le seul canton renouvelable de sa circonscription de député.

Bastion de gauche a priori imprenable, Amiens Est est depuis toujours plus rouge que rose. Jean-Louis Piot, le sortant, avait pourtant suscité une petite surprise en 2004 en emportant la primaire à gauche au premier tour face à Jacques Lessard, devenu depuis l’adjoint aux Finances de notre belle ville.

Avant sans doute un dernier mandat de député, Maxime Gremetz compte sur une popularité sans faille, qui dépasse souvent les convictions politiques, pour l’emporter. Reste que l’étoile de « Mimine » a bien pâli ces dernières années. De plus en plus isolé, volontiers caricatural et vainement provocateur, ses caprices ont fini par lasser tous ses amis politiques. Jusqu’à lasser ses électeurs ?

Le principal allié du sortant Jean-Louis Piot, réduit dans ce scrutin à un rôle secondaire, n’est autre que le Parti communiste. Le PCF, qui ne désespère pas d’avoir la peau du dissident avant que le temps s’en charge, lui oppose Colette Finet, Maire de Longueau et Première Vice-présidente de la Métropole. Si ses chances de victoire sont minces, sa candidature rend incertaine l’issue du premier tour, lors duquel l’élection devrait se jouer.

Encore plus radical, Daniel Ferte, représentant du Parti ouvrier indépendant (POI) tentera de séduire les électeurs de gauche les plus extrêmes.

Cette bataille rangée à gauche devrait permettre à la radicale Salwa Barjoud, seule représentante de la droite dans le canton, d’accéder sans trop de problèmes au deuxième tour et d’y espérer l’impensable : une triangulaire.

Le canton Est verra donc s’opposer deux membres de la « majorité » métropolitaine de Gilles Demailly à une opposante et à un dissident que le maire d’Amiens ne porte pas dans son coeur. Même si la gauche gagne, Gilles Demailly pourrait donc perdre…

Cantonales Amiens Sud-Est : Brigitte Fouré pour une confirmation

A moins de deux semaines du premier tour, j’entame aujourd’hui un tour d’horizon des cantonales à Amiens. Quatre cantons sur huit sont renouvelables sur la ville (deux de gauche, deux de droite). Si le contexte national devrait favoriser les candidats issus de la gauche parlementaire, une forte abstention n’est pas à exclure et pourrait rendre le scrutin bien plus incertain qu’il n’y paraît. Localement, les difficultés de la majorité municipale animeront certains isoloirs.

Cantonales Amiens Sud-Est : Brigitte Fouré pour une confirmation dans Cantonales 2011 0000077697-1Le canton Sud-est est dans une situation quelque peu singulière, ayant déjà connu une élection au mois de juin. A la suite du décès du socialiste Daniel Leroy, un scrutin avait dû être organisé afin de le remplacer pour huit mois. L’ancien maire d’Amiens et ancienne députée européenne Brigitte Fouré l’avait emporté, offrant une victoire symbolique à l’opposition municipale et retrouvant un mandat.

Face à la conseillère générale sortante, le socialiste Romain Joron, défait au printemps dernier, retentera sa chance. On se souvient qu’il avait entamé sa première campagne au côté de l’ex-future amiénoise Marie-Noëlle Lienemann, ce qui ne lui a pas porté chance. A la suite de sa défaite, le candidat socialiste s’en était pris à la Municipalité, reprochant notamment au maire Gilles Demailly de ne pas faire une politique « assez à gauche« . Dans une lettre ouverte, il avait dénoncé la “communication désastreuse et calamiteuse” sur le conflit social dans les bus (encore…) et « un copié/collé avec les politiques d’avant » (CP 02/07/2010). Bref, si Romain Joron jouait au mauvais perdant, il illustrait et illustre encore les divisions internes à la gauche amiénoise.

Du côté de l’extrême gauche, le conseiller municipal Laurent Beuvain, chef de file des « communistes loyalistes » au Maire d’Amiens, tentera de faire mieux que ses 7,72% de juin. Pour cela, son discours, volontiers agressif à l’égard du Gouvernement, devra peut-être se réorienter sur des thématiques locales. Petite satisfaction : l’ouverture de la campagne officielle permettra à ses militants de coller sur des emplacements autorisés (mon article du 08/02).

Autre candidat de la majorité parlementaire, le radical Pascal Rifflart, qui est parvenu à faire parler de lui la semaine dernière place René Goblet (CP 06/03). Enfin, Brigitte Devauchelle, étiquetée « communiste« , représentera l’écurie Gremetz. La primaire à droite ayant eu lieu en juin, l’UMP Guillaume Duflot ne se représente pas.

Sauf surprise, jouant sur une dynamique favorable, la populaire et très active Brigitte Fouré devrait transformer l’essai en conservant le canton dans le camps de l’opposition départementale. Personne ne sera surpris que ce blog lui apporte son plein et entier soutien et appelle l’ensemble des électeurs du canton Sud-Est (dont je suis…) à glisser dans l’urne un bulletin à son nom les 20 et 27 mars.

Et avec un peu de chance, Romain Joron nous gratifiera peut-être ensuite d’une nouvelle lettre ouverte…

12


RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...