Archives pour la catégorie Culture

Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine

Plus rien ne semble devoir nous surprendre de la part de la gauche dans cette lutte sans merci pour la députation. Chaque semaine, voire chaque journée, apporte son lot de rebondissements, de déclarations vengeresses, d’ambitions contrariées ou de rumeurs infondées.

Ces violents entrechocs d’ambitions personnelles s’interrompront-ils pour une trêve de Noël ? La saga des investitures dans les 1ère et 2ème circonscriptions de la Somme  prendra-t-elle la couleur guimauve de Sept à la maison après avoir eu la saveur piment de Dallas ? Nous conseillerons à tous les acteurs de ce magnifique spectacle tragi-comique de prendre un peu de repos durant les fêtes afin de nous proposer un second acte de teneur au moins équivalente.

Amiens, son univers impitoyable et son marché de Noël à l’américaine dans Culture 789998149Pourquoi ne pas passer un peu de temps sur le marché de Noël d’Amiens ? Oh, pardon, sur Parfums d’hiver puisque c’est ainsi qu’il a été renommé par l’équipe en place. On l’a bien lu dans le bilan de mi-mandat de la majorité : l’équipe Demailly a « développé » Parfums d’hiver. On l’a vu.

Pour s’attirer le succès, la philosophie du « toujours plus » s’imposa rapidement : toujours plus de chalets, d’animations, d’erreurs, etc. Les Parfums d’hiver sont vite devenu une caricature du capitalisme (et oui, rien que ça!). Il a suffi de prendre un événement traditionnel comme base de travail et d’y greffer tout ce qui peut plaire et surtout se vendre, y compris ce qui peut sembler contraire à l’esprit de l’événement initial. Cela permet de rester « le plus grand marché de Noël du Nord de la France ».

Ainsi peut-on par exemple acheter des bernards l’ermite domestiques rue des Trois-Cailloux. Vu le succès du chalet en question, je gage d’ailleurs qu’il sera de retour en 2012. Ainsi peut-on se faire lire les lignes de la main dans un chalet rue de Noyon. Ainsi peut-on s’offrir des caleçons que nous qualifierons d’humoristiques derrière l’hôtel de Ville. De telles ventes ont-elles leur place dans un marché de Noël ? Quoi qu’il en soit, on comprend mieux pourquoi les Parfums d’hiver sont pluriels.

Dans son bilan de mi-mandat, la majorité rappelait l’un des objectifs fixés en matière culturelle : « s’écarter des sentiers battus des thématiques grand public : les Amiénois ont envie de choses intelligentes et audacieuses ».  D’où, sans doute, les animations tous azimuts que Brigitte Fouré étrille sur son blog (l’article ici). Démonstration de catch et simulateur de vol sont bien loin de l’ambiance de Noël que les visiteurs viennent chercher à Amiens. Oui, bien sûr, il y a du monde. Il y a aussi du monde pour regarder Secret Story et Confessions Intimes. Presque autant que pour Dallas

Joyeux Noël à tous !

Bal, réderie, communistes et transports : l’été agité de la Municipalité d’Amiens

L’été a été beau, l’été a été (presque) chaud dans la belle ville d’Amiens. Depuis quelques jours, l‘Amiénois a retrouvé le chemin du travail. Il garde en mémoire le souvenir d’une période estivale reposante, peut-être enrichissante, sans doute bienvenue. Devant son bol de café matinal, il s’intéresse de nouveau à l’actualité régionale et plus particulièrement à celle de sa ville. Impossible d’être déçu…

Enivré par les venues successives de Yvette Horner et Franky Vincent lors des bals du 14 juillet 2009 et 2010, l’adjoint à la fête, Jacques Goffinon, a trouvé dans le calendrier d’autres prétextes pour festoyer dans la cour de l’Hôtel de Ville. Ainsi est né le bal du 28 août, censé célébrer la Libération d’Amiens. Voilà donc à l’œuvre la nouvelle conception de l’excellence culturelle. Le concept ne sera peut-être pas décliné à l’infini, étant donné le succès très relatif du concert en plein air des Dolly frenchies. Quelques aimables passants ont eu la bonne idée de s’arrêter, mais la piste de danse est restée bien clairsemée…

Les communistes contestataires emmenés par Cedric Maisse continuent d’en faire voir de toutes les couleurs à Gilles Demailly (surtout du rouge, donc). Les représailles ont été terribles : le maire a décidé fin août de les bouter hors de la Baie de Somme, où se tenait le séminaire annuel de la Municipalité. Les trois conseillers, hurlant à l’étroitesse d’esprit, sont d’ailleurs en délicatesse avec les autres élus communistes du Conseil et nous promettent de belles preuves de division dans les mois à venir. Si la Municipalité semble, depuis mars 2008, ne pas trop savoir où aller, nous savons de moins en moins avec qui…

Réderie d'AmiensL’efficacité des médiations de la Municipalité n’est plus à démontrer. A tel point qu’à moins d’un mois de l’événement, nous ne savons pas si la réderie du 3 octobre pourra avoir lieu. Depuis 50 ans, c’est l’association des commerçants du quartier des Halles (ACQH) qui organise jalousement mais efficacement cette manifestation. Voilà que la Municipalité décide d’en confier les rênes à la Fédération des commerçants du Centre-ville! Impuissante face aux procédures judiciaires en cours qui conditionnent la tenue de la réderie, elle en est réduite au silence : « Si la Ville d’Amiens, par le biais de son service de presse, indique poursuivre le dialogue avec les deux parties (…), elle ne souhaite en revanche plus communiquer à ce sujet » (Courrier Picard, 04/09). Circulez, y a rien à voir… Et patatras, le tribunal administratif communique à sa place en estimant « que la Ville souhaitait simplement favoriser la fédération des commerçants en lui laissant l’organisation de la réderie d’octobre et qu’il y avait donc un doute sérieux quant à la légalité de la décision » (dépêche du Courrier Picard, 07/09)! Encore une réussite…

L’été n’est pas fini et laisse planer d’autres nuages sur le repos tant mérité des élus de la majorité : le fiasco de la réorganisation du réseau de bus, érigé pourtant en priorité des priorités et qui ferait sourire s’il ne fallait en pleurer ; les échanges épistolaires entre Gilles Demailly et le Préfet, qui a été heurté par les attaques injustifiées de la Municipalité contre l’Etat sur le logement social ; ou encore l’initiative de Benoît Mercuzot, Alain Gest et Olivier Jardé, qui sont allés rencontrer le PDG de la SNCF pour que les intérêts d’Amiens soient réellement pris en compte. Sans doute plus utile qu’une visite au Mans. De quoi provoquer des maux de tête chez le maire.

Il y a un an, Gilles Demailly annonçait qu’il ne démissionnerait pas, contrairement à la rumeur provoquée par son inaction. A six mois de la mi-mandat, il doit toujours nous prouver qu’il y a un capitaine à la barre…

Bonne rentrée!

Amiens, capitale d’une Picardie qui ne la ménage pas

Au coeur de l’actualité régionale, le TGV et la Maison de la Culture illustrent à nouveau l’incapacité d’Amiens à imposer ses vues sur la Région. Amiens n’est jamais parvenu à placer l’un des siens à la tête de la Picardie. Comment, dès lors, espérer qu’un élu d’un autre département oeuvre au développement de l’attractivité de la ville, alors même qu’aucune autre capitale régionale n’est, en France, aussi contestée. Gilles de Robien s’y est essayé en 2004, avec le résultat que l’on sait. L’actuelle municipalité amiénoise, peinant déjà à imposer son autorité sur l’administration municipale et à  donner des signes de vie crédibles à ses concitoyens, se réconforte avec la couleur rose du conseil régional.

A peine réélu, le socialiste Claude Gewerc entend toutefois rappeler que, dans l’assemblée régionale, tout se joue plus au Sud.

Le conseil picard vient donc d’annoncer qu’il retirait 250.000 € à la Maison de la Culture, ce qui représente 80% de ses précédentes attributions! Comble de l’autoritarisme, ces coupes sombres concernent l’exercice…2010! Autrement dit l’année en cours, pour laquelle la Macu a bien évidemment déjà établi sa programmation, ce qui la plonge dans une crise budgétaire préoccupante. Claude Gewerc parle d’une aide non due  dans le cadre du financement de l’Orchestre de Picardie. Le directeur de la Macu semble avoir compris autre chose : « L’une des raisons invoquées serait un rééquilibrage des aides par rapport aux autres scènes conventionnées (Beauvais, Compiègne, Creil) » (Courrier Picard, 28/05). Rappelons que Claude Gewerc, devenu Président du Conseil régional suite au désistement du toujours très inspiré Vincent Peillon, fut maire de Clermont-sur-Oise… LE temple de la culture amiénoise serait donc sacrifié sur l’autel de la culture isarienne…

C. Gewerc, Isarien et fier de l'êtreAutre illustration avec un dossier bien plus médiatisé. Le président de l’exécutif régional s’est récemment exprimé sur les alternatives possibles au barreau Creil-Roissy, proposées par les élus – unanimes eux aussi – du Val d’Oise. Prouvant une nouvelle fois que les élus socialistes de la région sont emprunts de diplomatie, Claude Gewerc choisit de « dénoncer les fausses bonnes idées du Val d’Oise » (Courrier Picard 28/05). Les élus franciliens proposent notamment de relier la ligne Amiens-Laon à la ligne TGV à hauteur de Chaulnes, tout en réalisant le barreau de Gonesse. Nous, Amiénois, ne devons pas écarter cette hypothèse d’un revers de main. Tout en reliant notre ville au réseau TGV de la même manière qu’il pourrait l’être avec le barreau de Roissy, il nous permettrait d’entretenir le rêve d’une réalisation à moyen terme de la ligne Paris-Amiens-Londres, alors que le barreau Creil-Roissy l’enterrera pour 50 ans. Claude Gewerc l’Isarien n’a pas ce soucis. Pour lui, « le plus important, c’est que ce raccordement [Amiens-Chaulnes] ferme la porte au TER (au TGV?), à l’Aisne et à l’Oise, ce qui dénature complètement le projet sans pour autant assurer une qualité de service à Amiens. » Quelle qualité de service pour Amiens? Interprétation bien subjective pour quelqu’un qui n’a rien à voir avec la ville. L’Aisne exclue? La solution val d’oisienne la relierait au contraire au réseau TGV, alors que le barreau Creil-Roissy ne la concerne pas…

Les seules caractéristiques amiénoises de Claude Gewerc sont son bureau et sa cave à cigares du Conseil régional. Durant la campagne, bien obligé d’installer son QG dans la capitale d’une région qu’il a conquise par erreur, il n’a jamais oublié où se situent ses intérêts et ses appuis: un peu plus au Sud et certainement pas à Amiens!

Un conseil pour la jeunesse qui restera à Amiens : vive la consultation!

Je sais, je ne suis pas extrêmement actif sur ce blog depuis quelques semaines. Je ne me résigne pas à parler uniquement bus, TGV et tram, ingrédients avec lesquels nous pouvons résumer les discours de la Municipalité ces derniers mois, cette vision étant à peine caricaturale… Alors parlons jeunesse!

Le grand raout organisé la semaine dernière devait permettre à la municipalité de présenter ses grandes orientations en matière de politique de la jeunesse. Il a plutôt permis de confirmer que la mairie n’avait qu’une vague idée de ce qu’il faut faire…

La mesure phare (les « week ends de la mobilité« ), engagée à grand renfort de communication, consiste à envoyer nos jeunes ailleurs : Paris, Marseille, Bruxelles, etc. Ce dispositif venant « compléter l’offre de séjours à la mer pendant l’été, mis en place depuis deux ans maintenant » (Courrier Picard 27/04) et les vacances au ski en février, bientôt organisées avec le CSC Etouvie que connaît parfaitement le Premier adjoint. Bref, on fait voir du pays à nos jeunes, qui n’en demandent pas tant… Une bonne occasion de les préparer à quitter Amiens, sans doute! Quant à faire venir d’autres jeunes à Amiens, l’auberge de jeunesse promise n’est toujours pas annoncée. Jeunesse, épanouis-toi hors de nos murs…

Autre annonce, et pas des moindres : la démocratie-loto va encore frapper! Après les conseils d’habitants, voici le conseil de la jeunesse, qui devrait s’installer d’ici novembre et sera composé de 55 sièges « sur la base du volontariat et par tirage au sort« . Il va falloir recruter un temps plein pour tirer des boules… Le Courrier Picard nous informe enfin que le rôle de cette assemblée sera « avant tout consultatif« . Avec tous les avis consultatifs dont disposera bientôt l’équipe Demailly, il faudra bientôt organiser un tirage au sort pour désigner qui, parmi les multiples tirés au sort des conseils existant, pourra donner un avis consultatif sur l’ensemble des avis consultatifs!

A quand un conseil des séniors, des minorités visibles, des nouveaux-nés et des joueurs de youkoulélé? Leur avis consultatif serait certainement très intéressant! Au moins autant que leur vote…

Du Gothique aux cultures du Monde ou quand un Institut chasse l’autre à Amiens

L’Institut du monde gothique (IMG) ne verra sans doute jamais le jour. A qui la faute ? L’érection du bâtiment qui lui était promis, au pied de la plus grande cathédrale de France, a sans aucun doute contribué à la défaite du maire sortant en 2008. Aujourd’hui vide, il a fait l’objet de vives critiques quant à son coût pour la Ville et à l’impréparation supposée de l’équipe municipale précédente en vue de son ouverture au public.

L’ambition était pourtant louable. La transformation de la ville, la restauration de la Cathédrale et le succès de sa colorisation nocturne avaient rendu crédible un projet ambitieux, en phase avec les capacités touristiques et culturelles amiénoises. Chef d’oeuvre du Gothique, la Cathédrale méritait en effet un centre qui explicite son architecture, ainsi que celles de tous les édifices comparables de son époque. J’avais personnellement visité l’exposition de 2001 qui, dans l’église St Germain, présentait les prémices de ce qu’aurait pu être l’IMG. Une véritable réussite. Dans les locaux qui lui étaient destinés, cette exposition, bien entendu complétée et adaptée aux exigences d’un réel musée, aurait constitué le prolongement naturel de la visite de Notre-Dame. A terme, le parvis aurait dû constituer le coeur névralgique de l’Amiens touristique, culturelle et religieuse. Une véritable référence. Peine perdue.

Sans réelle autorité, sans vision, surfant sur la vague anti-travaux qui l’avait portée au pouvoir, l’équipe municipale a laissé pourrir la situation en dénonçant l’absence d’étude et l’insouciance budgétaire. Sauf que l’étude existait, comme l’a révélé le Courrier Picard (l’article ici). Qui préparait donc les dossiers de l’ancienne opposition devenue majoritaire ? Tout était prévu, rien n’a été réalisé. Les travaux ne sont même pas totalement terminés dans le secteur, preuve de la passivité ambiante.

L’ultime sursaut de l’IMG dans les mémoires amiénoises n’aura précédé que de quelques semaines l’annonce de la création d’un « Institut des cultures du Monde » par la Municipalité. Le JDA en a fixé le cap : il s’agirait, selon le maire, de « montrer ce que les différentes cultures ont apporté à Amiens et surtout ce qu’elles apportent encore aujourd’hui« . Voilà qui va faire venir la France. Au-delà des belles intentions, cette annonce est bien opportune : elle intervient quelques semaines après le coup de sang de membres de l’association Liberté en pleine salle du Conseil. Ces derniers avaient rappelé les promesses qui auraient été faites durant la campagne de 2008, concernant notamment l’extension de la mosquée Lumière, située boulevard du Port. En vertu du principe de laïcité, l’intervention de la Municipalité est bien entendu impossible dans cette affaire… Dérive dans la dérive clientéliste ou mécompréhension ?

La mairie rétablit sa vérité : « C’est sur un tel projet [celui d'Institut des cultures du Monde], conduisant à rassembler les Amiénois au travers du partage de leurs arts et cultures respectifs et de leur valorisation, que se sont déjà exprimés certains des élus, notamment lors de la campagne électorale, et notamment devant les fidèles de la mosquée Lumière » (Site de la Municipalité). Certains des élus ? Un tel projet n’aurait donc pas été discuté et partagé par l’ensemble de l’équipe de Gilles Demailly ?

Précipitation, annonce sans étude sérieuse, projet nébuleux sans plan de financement, sans contenu concret… Ainsi caractérisait-on le projet d’IMG du côté de la Majorité, avant de redécouvrir l’étude de 2001. L’hypothétique Institut des cultures du Monde, subitement surgi des souvenirs de la campagne municipale, est-il autre chose que cela ?

12


RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...