Page d'archive 5

A la recherche du bilan de mi-mandat de la municipalité amiénoise

A la recherche du bilan de mi-mandat de la municipalité amiénoise dans Divers place-mairie-amiensOn nous l’avait annoncé dès le printemps, ce bilan. Quand, indifférent aux injonctions du calendrier, Gilles Demailly avait tout simplement refusé de l’évoquer devant un journaliste du Courrier Picard interloqué (voir article du 01/06). Le quotidien ne s’était pourtant pas trompé dans son calcul : un mandat municipal courant sur six ans, et l’équipe Demailly ayant triomphé en mars 2008, c’est donc bien en mars 2011 qu’on pouvait parler de mi-mandat.

Que nenni, Gilles Demailly et consorts nous ont fait languir six mois supplémentaires. S’agissait-il pour le maire d’Amiens de se laisser le temps de réfléchir à une candidature aux législatives? Dans ce cas, ce bilan aurait constitué un merveilleux document de campagne pris en charge par la collectivité. Entre-temps, Gilles Demailly a toutefois renoncé à affronter le député sortant.

Ces six mois ont-ils été mis à profit pour donner du contenu au livret distribué aux Amiénois? On imagine aisément les litres de sueurs versés par les fidèles collaborateurs du maire, à la recherche désespérée de décisions notables, d’avancées concrètes, de réalisations d’ampleur. Bref, de quoi combler quelques pages blanches…

S’agit-il tout simplement, et plus probablement, d’un oubli de cette équipe municipale trop souvent en prise avec l’improvisation? L’absence d’anticipation, criante dans de trop nombreux domaines, est en effet devenue la marque de fabrique de cette municipalité. Rassurons-nous toutefois, l’équipe Demailly n’oublie certainement pas que les prochaines élections municipales se tiendront en mars 2014…

Le document est donc composé de 38 pages et a été tiré à 80.000 exemplaires. Il a été distribué dans presque toutes les boites aux lettres amiénoises. Presque, car certaines résistent encore et toujours à l’envahisseur. La mienne, en l’occurrence, n’a pas été gratifiée du précieux document. L’occasion de prendre la mesure de l’attente suscitée par son édition. A l’office du tourisme, traditionnelle pourvoyeuse de JDA, AmiensForum et autres documentations officielles, on est « pas au courant« . A la mairie, au coeur du dispositif, « on en a pas« . Le plan com’ est bien huilé : ce qui est rare est cher, on devrait donc bientôt s’arracher le bilan de mi-mandat de Gilles Demailly et de son équipe municipale.

En attendant qu’un ami me dépanne, je pense à Proust et à son oeuvre. « A la recherche du temps perdu » est un bon titre pour cette quête du livret d’autosatisfaction municipal. Car du temps perdu, il y en a eu depuis 2008, et il est désormais consigné dans cette brochure…

Martine Aubry choyée par le JDA après sa visite à Amiens

Martine Aubry choyée par le JDA après sa visite à Amiens dans DiversQui a raté la venue de Martine Aubry dans notre bonne ville d’Amiens ? L’information, de première importance, a été relayée par les médias nationaux et locaux sous un angle très politique : la maire de Lille jette ses dernières forces dans la bataille des primaires socialistes. Certes, le thème choisi pour ce déplacement – l’éducation – était relativement passe-partout et l’on pouvait vite oublier le lieu de sa tenue.

La municipalité pense à ceux qui auraient manqué cet événement majeur. La bonne nouvelle a donc été diffusée dans chaque boîte aux lettres, par l’intermédiaire du JDA. Deux belles photos de Martine Aubry agrémentent la page 2 de l’hebdomadaire officiel, qui nous apprend qu’elle était à Amiens (quartier Etouvie) le 1er septembre « entourée de ses soutiens locaux, dont Gilles Demailly« . Ça tombe bien!

Coup de chance pour la maire de Lille et son soutien local, le JDA avait justement programmé une page zoom sur l’école Brassens d’Etouvie, celle-là même qu’a visité la candidate socialiste ! Mue par le devoir d’information , la rédaction a donc consacré un entrefilet au programme de Martine Aubry en matière d’éducation. « L’éducation sera ma priorité dès la rentrée 2012 » a-t-elle lancé courageusement. Sans préciser dans quel quartier de Lille…

« Fallait s’y attendre« , écrivait la semaine dernière sur Twitter Emilie Therouin, adjointe à la sécurité. Elle évoquait cette place privilégiée réservée à la maire de Lille dans l’hebdo d’Amiens Métropole. Elle se demandait aussi si le même traitement serait bientôt réservé à Hervé Morin ou Eva Joly par le JDA. Comptez sur ce blog pour lui donner la réponse…

J’aurais enfin bien voulu commenter dès aujourd’hui le fameux bilan de mi-mandat de la municipalité. Malheureusement, aucun des 80.000 exemplaires imprimés n’a voulu atterrir dans ma boîte aux lettres. Dans l’attente de ce document d’histoire, je conclus par les mots d’une Emilie Therouin décidément très en verve sur Twitter : « Bilan de mi-mandat des élus d’Amiens dans ma boîte à lettres. Grand moment de solitude/ Promis je l’apporte demain au Celsa pour étude de cas« . Ambiance…

Martine Aubry à Amiens : la candidate PS fera-t-elle oublier la maire de Lille ?

Martine Aubry à Amiens : la candidate PS fera-t-elle oublier la maire de Lille ? dans La majoriteElle n’a plus que quelques semaines pour parvenir à remplacer DSK dans la course à la présidentielle. Malheureusement pour Martine Aubry, un député du Limousin tient la corde et risque de la renvoyer dans le Nord pour un bon moment. Elle pourra alors y méditer les opportunités de développement pour sa ville de Lille, qui ne sont pas et n’ont que rarement été en adéquation avec celles de sa destination du jour.

Si l’ex-patronne du PS parade aujourd’hui (jeudi 1er septembre) dans notre ville, c’est d’abord parce qu’elle y est la bienvenue. Notre bon maire, Gilles Demailly, habituellement si tiède dès qu’il s’agit de s’engager, n’a cette fois pas hésité à officialiser son soutien à sa candidature. Après un déplacement largement médiatisé à Marseille, puis un autre à Monceaux-les-Mines, la voici donc chez nous, sans doute en route vers la braderie de Lille.

A quelques jours de la rentrée scolaire, Martine Aubry s’est installée sur les bancs de l’école Georges Brassens, dans le quartier Etouvie, pour nous parler de ses ambitions pour l’éducation dans notre pays. Quoi de plus naturel, en effet, que d’évoquer ce thème dans une ville gérée par une équipe d’universitaires ? Gilles Demailly pourrait peut-être même se targuer d’avoir influencé sa favorite, cette dernière proposant de lancer une grande concertation avec les enseignants. La concertation, à Amiens, on connaît! De même que l’efficacité avec laquelle elle est pratiquée dans notre ville…

Pourquoi donc Martine Aubry n’est-elle pas plutôt venue nous entretenir du développement des transports dans notre pays ? On aurait pu l’interroger, par exemple, sur ses intentions concernant l’extension du réseau de lignes à grande vitesse dans le Nord de la France… Elle dont le prédécesseur à la mairie de Lille a tout fait pour que le TGV évite Amiens. Elle qui fera tout pour qu’aucune autre gare d’importance ne dispose de cette facilité entre sa ville et Paris… En tant que présidente de la République, aidera-t-elle Amiens à promouvoir son développement économique, elle qui fait tout, en tant que maire de Lille, pour attirer dans le Nord ce qui pourrait s’implanter à Amiens ?

Il est certain que venir pour parler d’éducation est plus simple que d’évoquer les enjeux d’avenir pour un territoire comme le notre. Amiens a l’avantage d’être « sur la route » et ses élus ne se plaignent pas de ce que Lille peut nous enlever, en nous abandonnant quelques miettes semblables au barreau Creil-Roissy.

Gilles Demailly dit vouloir privilégier son mandat de maire d’Amiens sur tout autre enjeu, sur toute autre ambition. Un soutien de ce type à Martine Aubry, considérant le fossé qui sépare les intérêts de Lille et les nôtres, relève davantage d’un pari politicien à court terme que d’un engagement pour l’avenir d’Amiens.

Affrontement rouge/vert à la police municipale d’Amiens : les bleus comptent les points

Affrontement rouge/vert à la police municipale d'Amiens : les bleus comptent les points dans Amiens ForumL’été avait pourtant bien commencé pour Emilie Therouin. Un article d’Amiensforum senteur guimauve avait contribué à rassurer la population sur sa sécurité. On y apprenait en effet que « la vie nocturne à Amiens, ce n’est pas qu’à St Leu » et que, « dans le quartiers des bars, « 90% des problèmes sont liés à l’alcool »". Autant d’évidences promptes à rassurer l’Amiénois inquiet. L’élue relaya ensuite son message sur la vidéoprotection devant les caméras de LCP (Caméra City, visible ici). Selon ses propos, trop de caméras dans le centre-ville, pas assez à Etouvie et Amiens-Nord et, bien entendu, un dispositif « cher et pas efficace« . Nous attendons donc les résultats de la désormais célèbre « évaluation indépendante« , qui serait « en phase terminale« . Prête à être enterrée ?

Et puis il y eut cette fronde du représentant CGT de la police municipale, Bruno Sacleux. Dans un courrier adressé au maire (à voir ici), ce dernier s’en prend violemment au management du service par la municipalité. Le syndicaliste constate que « rien n’a changé à la police municipale » depuis 2008, si ce n’est une éviction et une mise au placard, et lance une phrase en vogue à Amiens : »Force est de constater le flop de votre réorganisation« . Nouvel écho aux grincements de dents déjà éprouvés dans le milieu de la culture et dans les transports en commun, notamment.

Piquée au vif, l’adjointe en charge ne veut pas laisser dire « qu’on a rien fait depuis notre arrivée » (ouf!). Dans le Courrier Picard, elle se fait diplomate et répond point par point au syndicaliste CGT (CP 04/08). Avant de laisser la place à la politique sur son blog (article ici) : « Monsieur Sacleux semble regretter la gouvernance de l’ancienne municipalité, où régnaient transparence, équité, rigueur, exemplarité, discipline, harmonie, sérénité, excellentes conditions de travail » ironise-t-elle. Une manière de disqualifier son adversaire en l’accusant d’une nostalgie malvenue dans les services municipaux… L’équipe municipale est de gauche, il semble donc peu compréhensible qu’il se plaigne!

Offensive sur son blog, Emilie Therouin se fait même quelque peu narquoise sur Twitter, dont elle est férue: « Il faut bien que M Sacleux justifie un petit peu ses heures syndicales estivales! » Il ne fait donc pas bon se frotter à l’élue verte, vantée par ses pairs écologistes pour être en charge de la sécurité dans une grande ville, ce qui pourrait lui servir de tremplin. Elle dispose en sus d’un argument massue : un bilan social mené par un cabinet spécialisé indépendant (un autre) sera bientôt dévoilé. L’occasion, espérons-le, de célébrer les immenses progrès de la gestion du personnel du service depuis 2008…

Bon été à tous, on se retrouve en septembre!

Des propos à l’emporte-pièce stigmatisés par Amiens Forum

La rédaction d’Amiensforum constate comme nous que certains témoignages de sympathie à l’égard de la municipalité relèvent davantage de la courtisanerie que de l’analyse de terrain. Cette malheureuse phrase prononcée par une obscure spécialiste du tourisme isarien lui vaut la rubrique « vite dit » du mensuel municipal en juillet. Et en effet, c’est bien vite dit…

Des propos à l'emporte-pièce stigmatisés par Amiens Forum dans Amiens Forum

 

1...34567...21


RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
sans violence et sans haine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal
| "كُن...